UN PROJET POUR SAINT MICHEL DE CUXA

Encre originale de Thierry Delory d’après le projet d’aménagement et de restauration du logis du grand sacristain, réalisé par l’architecte en chef des monuments historiques Olivier Weets qui comprend la rénovation de l’accueil et du circuit des visites. PHOTO / © Thierry Delory / reproduction interdite

Saint-Michel de Cuxa, Sant Miquel de Cuixà, chef d’oeuvre de l’art roman, témoin essentiel de l’histoire catalane, lieu de spiritualité millénaire, est aujourd’hui et veut rester un vecteur d’identité et devenir plus que jamais un facteur de valorisation et de développement du territoire. Le « projet pour Saint-Michel de Cuxa » est un projet de poursuite de la restauration de l’abbaye millénaire fondée en 878.

Restaurer la Maison du Grand Sacristain encore en ruine, doter le monument d’un nouvel accueil et d’un circuit de visite accessible aux personnes à mobilité réduite, faire renaître dans ces espaces la Tribune, chef d’oeuvre de sculpture romane du 12ème siècle sont ses objectifs.

Cuxa a connu au 20ème siècle une renaissance extraordinaire, après les destructions qui ont suivi sa fermeture et sa vente à la Révolution. Démembrée, dévastée, détruite, ses marbres ont été éparpillés dans la région, et les chapiteaux de son cloître exportés pour une bonne part aux Etats-Unis en 1913. La restauration entamée dans les années 1930, poursuivie en 1950 par la renaissance du cloître et la restauration de l’église sous l’impulsion de Pablo Casals peut et doit se poursuivre !

Télécharger le bulletin de don

Un reçu,permettant la déduction fiscale de votre don selon la législation en vigueur, vous sera délivré (66 % du don dans la limite de 20 % du revenu imposable, 60 % du don dans la limite de 5°/oo du chiffre d’affaires pour les entreprises). En actant votre soutien, des contreparties vous seront allouées comme une visite privée de l’abbaye, organisée spécialement à votre intention, ou encore  l’ouvrage « Les Tribunes de Cuxa et de Serrabona », par Olivier Poisson et Anna Thirion ou encore un DVD du film « Chemins d’accès » (introduction à la visite de Cuxa), de Henri-Louis Poirier ou encore votre nom de façon visible dans l’accueil rénové de l’abbaye à l’issue des travaux.

Projet-download

UN PROJET POUR CUXA

Le projet s’articule autour de trois aspects principaux :

Ruines1. Relever les ruines

Au centre de l’abbaye de Cuxa, il existe toujours des ruines. Le logis du Grand Sacristain, aménagé au 17ème siècle, ruiné depuis les années cinquante, est en
péril. Couvert d’une toiture en 2001, c’est un vaste volume vide, aux maçonneries branlantes, ouvert à tous les vents. Sa restauration est indispensable pour la conservation des bâtiments adjacents et de toute l’abbaye. Sans travaux, ce bâtiment peut voir son état se dégrader rapidement, et des conséquences néfastes peuvent se propager alentour. Il est prévu de restaurer les maçonneries, de clore le bâtiment par des baies et de rétablir des planchers pour en permettre l’utilisation. En prolongement vers l’est, la galerie Nord est dans le même état. Sa restauration permettra en outre de rétablir une des caractéristiques majeures de
l’ensemble médiéval : la communication vers la grande église depuis la façade ouest et l’église de la Trinité. Le visiteur pourra ainsi remettre ses pas dans ceux du pèlerin du Moyen Âge pour découvrir Cuxa. Ce qui est aujourd’hui une ruine est proposé pour être l’espace majeur de demain, pour le parcours du visiteur et la présentation du monument.

2. Faire renaître la tribune

Démolie au 16ème siècle, la tribune-jubé de Cuxa, semblable à celle de Serrabona mais plus grande, a vu ses fragments remployés et dispersés. Deux fois : une première fois au sein de l’abbaye, au moment de sa démolition. Au 19ème siècle, ensuite, avec la vente et la dispersion des marbres de Cuxa.
Oeuvre majeure de la sculpture et de l’architecture romanes, il est aujourd’hui possible de rassembler et de rejoindre en partie ses éléments dispersés, dont certains se trouvent aux Etats-Unis. Il s’agit de faire renaître un chef d’oeuvre de l’art.

Vue de principe du montage de la Tribune

Véritable « projet dans le projet », il prévoit la réalisation de l’anastylose de la façade de la tribune, telle que les recherches conduites par Anna Thirion (CEMM, Université de Montpellier) permettent de l’établir. Cette anastylose est aujourd’hui possible, à partir de trois ensembles de fragments :
– ceux exposés dans la grande salle de Cuxa, appartenant à l’abbaye;
– ceux, exposés également, provenant du prêt sans limitation de durée consenti en 1975 au Gouvernement français par le Metropolitan Museum of Art (The Cloisters), New York, et déposés à Cuxa
– ceux remployés dans la porte (apocryphe) de l’église, réalisée en 1955 lors des travaux de restauration.
D’autres éléments peuvent s’y ajouter, selon des recherches en cours. La façade de la tribune sera remontée au coeur des espaces muséographiques nouveaux créés à l’étage de la Maison du Grand Sacristain, et intégrée au circuit de visite.

RESTAURATION ET AMÉNAGEMENT DU LOGIS DU GRAND SACRISTAIN

Coupe transversale du logis du Grand Sacristain

Coupe transversale du logis du Grand Sacristain

Coupe longitudinale Galerie Nord

Coupe longitudinale Galerie Nord

3. Doter le monument de ce qui lui manque: accueil, accessibilité, intermédiation

Pour rénover l’attractivité de Cuxa, il est indispensable de repenser l’accueil et l’offre culturelle de l’abbaye, e t mettre mieux en évidence son identité artistique et historique. Cuxa manque aujourd’hui d’un accueil digne de ce nom, d’un circuit de visite accessible à tous et riche pour le visiteur. Il manque aussi un espace d’interprétation du monument et de présentation de ses collections, lieux ou services que tout monument doit avoir aujourd’hui, pour satisfaire et renouveler son public.

Accueil : il est prévu un accueil plus vaste, donnant une introduction à l’histoire de l’abbaye (film d’introduction à la visite, déjà réalisé), avec des services aujourd’hui peu ou mal assurés : sanitaires, boutique.

Accessibilité : aujourd’hui, la visite du monument est impossible pour les personnes à mobilité réduite. Dès l’entrée, la porte de la crypte du Pessebre et les seuils sont infranchissables en fauteuil roulant. Le projet présenté rend la plupart du monument et du circuit de visite accessible : ascenseur, rampes, accès direct au cloître, le visiteur handicapé peut accéder à l’atrium, à l’église, au cloître, au parcours muséographique et aux sanitaires. Seule la crypte reste difficile d’accès, car il n’est pas
possible de modifier les ouvertures du 11ème siècle.

Intermédiation : outre la restructuration du circuit de visite et l’enrichissement de celui-ci (anastylose de la Tribune), présentation des collections, il est prévu d’apporter de meilleures informations sur l’histoire et l’architecture de l’abbaye, sa place dans l’histoire catalane et dans l’histoire de l’art, au moyen d’une exposition documentaire accompagnant le parcours de visite.

circulation

précisions-autour-du-projet